Critique: Kokoro Connect, un anime qui bouscule les clichés

Kokoro Connect 1 anime-critique.fr

Le changement de corps, pas si cool de que ça ?

Il y a peu, sur internet j’ai vu quelqu’un dire que Kokoro Connect était le meilleur anime en 2012, intrigué par le fait d’être passé à côté, je me suis empressé d’aller le regarder ! L’anime est une adaptation de la série de light novels, du même nom, écrite par Sadanatsu Anda. L’anime est réalisé Shinya Kawano et produit par le studio Silver Link. Plutôt que de vous faire une banale description de l’histoire comme le font déjà plein de sites, je vais vous expliquer ce que j’ai ressenti quand je l’ai visionné.

Ne pas se fier aux aprioris !

C’est parti, on lance le premier épisode, et bang ! Scène ultra clichée du héro (Taichi) qui se réveille avec le fameux Onii-chan, Asa Da Yo, Okite (siscon bonjour !). J’ai à peine eu le temps de me dire que ça puait comme début que l’anime me fait un gros fuck ! En effet, notre héro a juste le temps de se lever que l’on passe au personnage suivant (Yui), qui elle aussi se réveille dans sa chambre qui a été remuée sens dessus dessous, Yui regarde le bordel et dit: Ce n’était pas un rêve ? Après on enchaine sur Iori, Yoshifumi et Himeko qui eux aussi se réveillent. On voit Yoshifumi envoyer un mail à Yui en lui demandant si ce n’était pas un rêve ?

On comprend donc très vite qu’il s’est passé quelque chose. Si vous avez lu le synopsis vous comprendrez qu’ils ont changé de corps et qu’ils viennent d’en faire l’expérience pour la première fois. Le fuck que m’a fait l’anime, c’est tout simplement que je m’attendais pas à voir la scène du réveil pour cinq personnages. Ça n’est peut être pas original mais ça m’a surpris et j’aime quand une histoire me surprend.

Il faut savoir que j’ai débuté cet anime avec beaucoup d’aprioris, ce n’est pas original du tout l’échange de corps, je voyais déjà venir le gros fan service et les scènes plus wtf les unes que les autres. Le premier épisode confirmait mon idée, ce qui m’a fait continuer l’anime c’est probablement la scène où Himeko, qui était la seule à ne pas encore avoir changé de corps, posait des questions aux autres pour voir si ils n’étaient pas en train de se moquer d’elle. Himeko est clairement mon personnage préféré, doublée par Sawashiro Miyuki (j’adore sa voix, elle m’est assez familière, ce qui s’explique facilement vu qu’elle a doublé un nombre impressionnant de personnages d’anime). Je reviendrai sur elle plus tard.

kokoro-connect-2-anime-critique-fr

Les problématiques que Kokoro Connect met en scène:

L’histoire se focalise sur le cinq personnages cités plus haut, ils sont tous membres du Club de Recherche Culturelle. Il leur arrive une chose incroyable, mais pas originale, qui est de pouvoir changer de corps avec un de membres du club, cependant ils n’ont aucune maitrise sur le phénomène. On s’attend donc à du fan service à gogo comme on a pu le voir dans d’autres animes avec le même concept. C’est en effet le cas jusqu’à la moitié du deuxième épisode, à ce moment le prof responsable du club fait son apparition, enfin en réalité ça n’est pas le prof, il est possédé par quelque chose qui dit être le Fuuzen Kazura (litt: Le cœur des indes) qui est apparemment le nom d’une plante.

Il leur explique qu’il est le responsable de l’échange de corps, qu’il fait ça car ils les trouvent intéressants et qu’il aimerait voir comment ils vont gérer ce problème. C’est à partir de ce moment précis que j’ai été conquis. Ce qui paraissait être une comédie dénuée d’originalité bourrée de fan services, s’est transformée en quelque chose de bien plus sérieux s’orientant vers le drame.

Et si ils profitaient du fait de contrôler mon corps pour voler, commettre un crime ou je ne sais quoi encore ? Le doute et le manque de confiance envers les autres s’installent, la tension monte, comment faire pour gérer ce phénomène sans que ça dérape ? Les personnages découvrent également des choses qui leur étaient jusqu’alors inconnues sur leurs camarades et nous découvrons peu à peu les personnalités de chacun d’entre eux.

kokoro-connect-4-anime-critique-fr

Il faut savoir que chaque personnage a ses problèmes, pour certains ce sont des traumatismes, pour d’autres c’est leur personnalité elle même qui cause soucis. Ces problèmes vont être résolu grâce à l’intervention du Cœur des Indes dans leur vie, le changement de corps n’est pas le seul phénomène qui va leur arriver mais ça je vous en laisse la surprise (Troisième gros fuck, je ne m’y attendais pas du tout).

On apprendra quasi jamais rien sur le Cœur des Indes (je vous évite donc d’être déçu), j’estime que ça n’est d’ailleurs pas nécessaire. J’ai fait une recherche sur la plante du même nom, il semblerait que ce soit un plante médicinale. Sans trop vous spoil, c’est un peu le rôle que cet être va tenir, il va guérir les personnages. J’ai trouvé cette approche des choses très intéressante, je me suis même dit: Dommage qu’on ne puisse pas faire ça en vrai !

Ce qui est bien dans cette histoire, c’est qu’il y a très peu de personnages secondaires, ils apparaissent de temps en temps pour faire avancer l’histoire mais on en sait très peu sur eux. Ce qui est une très bonne chose, ça permet de bien se focaliser sur les membres du club.

L’histoire est clairement centrée sur le thème de l’amitié (et amour), j’ai vraiment adoré cet anime, j’ai regardé les dix-sept épisodes d’une traite. Beaucoup de moments tristes mais aussi des très drôles. Il y a également pas mal de disputes entre les personnages, qui sont parfois très violentes (surtout verbalement), impossible de ne pas être affecté par ces scènes ! Faire confiance à ses amis, compter sur eux, ne pas trop compter sur eux (ouep, on aborde les deux), ne pas avoir peur de les blesser, partager ses craintes, etc. Rien de bien extraordinaire, mais c’est tellement bien abordé.

kokoro-connect-7-anime-critique-fr

Mon personnage préféré de l’œuvre:

Pour en revenir à Himeko, belle et intelligente, ne faisant pas confiance aux autres, froide et rationnelle, elle va avoir beaucoup d’influence sur les autres personnages, surtout sur Taichi. Elle a aussi tendance à complètement s’emporter quand ses sentiments prennent le dessus, ce qui lui donne un côté mignon et attachant. Bref, je pourrais approfondir mais je préfère vous laisser la découvrir vous même !

kokoro-connect-9-anime-critique-fr

Conclusion:

En conclusion, j’ai vraiment aimé Kokoro Connect, parfois le chara design n’était pas top top, mais franchement ça ne m’a pas trop dérangé. Un vrai ascenseur émotionnel avec des moments tristes, touchants, drôles et hilarants, ça reste tout de même plus un drame qu’une comédie, beaucoup de disputes entre les personnages, des remises en question sur leur personnalité ou leur approche des choses. La fatigue psychologique aussi, ils n’en peuvent plus de ce qui leur arrive, certains s’isolent chez eux et s’éloignent du groupe, beaucoup de tensions et c’est bon putain ! On y croit ! En gros, même si ce qui leur arrive est surnaturelle, ils réagissent plus ou moins comme de vraies personnes l’auraient fait. Je vous conseille donc vivement d’aller regarder Kokoro Connect !

Ps: je n’ai parlé des ost mais elles sont très bonnes, voici un avant goût:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *