Critique: Shigatsu wa kimi no uso (Your lie in april)

Shigatsu wa kimi no uso 5 anime-critique.fr

Un chef d’œuvre

Shigatsu wa Kimi no Uso (Your Lie in April en anglais) est un manga écrit et dessiné par Naoshi Arakawa. Une adaptation animée est disponible sur Wakanim, Kyôhei Ishiguro en est le réalisateur et le studio A-1 Pictures l’éditeur.

Shigatsu wa kimi no uso 4 anime-critique.fr
« Arima Kosei est un véritable prodige du piano; enfant, il dominait tous ses rivaux en compétition et s’était déjà fait un nom dans le domaine musical. Mais après la mort de sa mère, il a subit une forte dépression le rendant incapable de jouer de son instrument. Deux ans après le drame, continuant de considérer sa vie comme insipide, Arima se contente de vivre sa vie sans réel but … jusqu’à ce qu’il rencontre Miyazono Kaori, une jeune violoniste qui, elle aussi, semble exceller dans son art … »

Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser que cet article a été écrit en 2 temps, la première partie a été rédigée fin Novembre 2014 lorsque l’anime était en court de publication, la deuxième quant à elle lors de la publication de cet article sur anime-critique.

Première partie:

Shigatsu wa kimi no uso 3 anime-critique.fr
Un de mes coups de cœur de cette saison, des mangas/animes tournants autour de la musique, il en existe déjà quelques-uns, cependant celui-ci est un peu particulier. Le prof de piano d’Arima Kosei n’était autre que sa mère, il jouait surtout pour que sa mère guérisse de sa maladie (la naïveté d’un enfant) mais ne semblait pas spécialement éprouver de plaisir à jouer. Surnommé « le métronome humain », il jouait à la perfection, affecté par la mort de sa mère, il n’arriva plus à jouer n’entendant plus le son que devraient produire les touches.

Shigatsu wa kimi no uso 2 anime-critique.fr
Il a beau ne plus arriver à jouer, Kosei passe pas mal de temps dans la salle du musique de son école à écrire des partitions. Un jour, il va rencontrer Kaori (qui deviendra la copine de Watari, son meilleur ami) et elle va pour ainsi dire changer sa vie. Violoniste de talent, elle est l’opposé de Kosei quand il s’agit de jouer, elle a tendance à interpréter à sa sauce ce qu’elle joue contrairement à notre héro (Le métronome). Kaori a un fort caractère, parfois toute mignonne et pleine de tendresse, parfois une vraie tigresse dont il vaudrait mieux rester éloigné. Elle va forcer (c’est le cas de le dire) Kosei à rejouer, l’aidant à vaincre ses peurs au fil des épisodes.

Shigatsu wa kimi no uso 1 anime-critique.fr
Il est clair que Kosei va finir par tomber amoureux de Kaori, cependant cette dernière sort avec Watari (grâce à Tsubaki qui est amoureuse de Kosei visiblement), ce que je trouve étrange, parfois j’ai l’impression qu’ils se sont mis ensemble juste pour que Kosei essaye de la lui prendre. Ça peut paraître tiré par les cheveux comme raisonnement mais certaines répliques m’y font penser.

Je trouve cet anime plutôt poétique et ce n’est pas pour me déplaire, les deux personnages principaux sont bien développés avec une relation intéressante qui évolue bien au fil des épisodes. On a droit évidemment à de la musique classique et une vision sur le monde du concours musicale. J’aime beaucoup cet anime et je vous conseille vivement d’aller le regarder !

Deuxième partie:

Dire que ça fait bientôt 2 ans que j’ai découvert cet anime, il m’a marqué à vie, croyez le ou non, mais il m’arrive encore régulièrement d’écouter les musiques présentent dans Shigatsu. Elles sont déjà très belles à la base, mais mélangées aux émotions provoquées par l’anime, elles ont juste une puissance incroyable.

Tout au long de l’histoire, il y a un bon paquet de scènes plus belles les unes que les autres, une des plus marquante est évidemment celle du dernier épisode.

Ce qui suit est du spoil, cependant je pense honnêtement que ça ne changera en rien votre appréciation de l’œuvre.

Spoiler

Shigatsu wa kimi no uso 6 anime-critique.fr
La scène de la mort de Kaori est vraiment magnifique et subtile. En effet, on ne la voit pas mourir, on l’aperçoit juste quelques fois sur la table d’opération, mais rien ne présage sa mort sur ces images. Bien sûr, depuis la moitié de l’histoire environ, on devine que ça va mal finir, ce qui amplifie probablement l’impact de la scène finale. On le savait qu’elle allait mourir, mais on ne voulait pas y croire.

Et bordel, qu’est ce que c’était beau, la musique, les images, les dialogues, les émotions, tout est si bien utilisé. Quand Kosei voit le « fantôme » de Kaori, on peut voir dans ses yeux qu’il a compris. Mais j’imagine qu’il réalise vraiment ce qui se passe quand les pétales de fleurs de cerisier sortent du corps de Kaori, ces derniers symbolisant la vie qui s’échappe de son corps. Il la supplie de rester, en vain …

J’ai regardé cette scène des dizaines et des dizaines de fois, elle me fait toujours autant d’effet. Pour moi, c’est l’une des plus belles scènes que j’ai pu voir tout manga confondu.

La 2eme partie de l’épisode permet de donner un sens au nom du manga et surtout de savoir ce que ressentait Kaori. Cette partie finit l’œuvre en beauté en nous insufflant un peu de gaité et en nous montrant que la vie continue malgré tout.

Shigatsu wa kimi no uso 7 anime-critique.fr

Conclusion:

Shigatsu wa kimi no uso est la preuve incontestable que la musique peut transmettre des émotions. Les différents thèmes (drame, amour, amitié, trauma psychologique, maladie) de l’œuvre sont traités avec une grande maturité sans négliger pour autant le fait que les héros sont des ados de 14 ans. Cet excellent mélange permet de faire la transition entre des moments tristes et joyeux avec beaucoup de subtilité. Impossible de ne pas verser une larme en visionnant cet anime, enfin ça c’est pour les moins sensibles, les autres vont littéralement se dessécher, à se demander comment on peut encore pleurer après.

C’est un chef d’œuvre, aucun doute à avoir là dessus, rares sont les animes à m’avoir autant marqué, à la base mon instrument favori était la guitare, maintenant c’est la piano. L’anime m’a également fait découvrir le groupe Goose House qui est devenu un de mes groupes japonais préféré, je vous conseille vivement d’aller regarder et écouter leurs vidéos. Ils aiment faire de la musique et ça se voit !

Que dire, à part qu’il nous faudrait plus d’anime dans ce genre ?! Et vous vous en pensez quoi ? N’hésitez pas à partager votre avis en commentaire, ça me fera plaisir et j’y répondrai ! Sur ce je vous laisse découvrir ou redécouvrir une scène de l’épisode 2 et le groupe cité ci-dessus.

6 thoughts on “Critique: Shigatsu wa kimi no uso (Your lie in april)

  1. Cet anime joue fortement sur le canal lacrymogène, il y a bien deux parties distinctes mais l’une et l’autre sont autant chargées en émotions, limite à finir aux barbituriques. Purée cette tranche de vie a beau raconter celle d’ados de 14 ans, ils se comportent comme des adultes!
    Les émotions passent par la musique, c’est beau, les OST sont belles, les morceaux sont beaux, tout en fait.
    La première partie montre pourquoi Kôsei n’arrive plus à jouer et franchement qui lui en voudrait? Bien qu’en deux ans on passe de la taille maternelle à la taille pré-gymnase?
    En 2ème partie on voit Kôsei réapprendre à aimer le piano et Kaori qui se bat et qui ne laisse rien paraître, une gamine à béatifier à coup sûr. Un père fantôme qui visiblement n’a pas passé le casting.
    La scène de Kôsei jouant au piano lors de l’épisode final est… comment dire, un chef d’oeuvre. La suite est un peu tirée un longueur, mais montre que « the show must go on ».
    La dernière scène du chat n’est pas qu’une mise en valeur de l’histoire, c’est juste bon pour nous faire ressortir des sentiments perdus dans les profondeurs de nos trippes.
    Certains reprocheront les flash-back, mais moi j’ai aimé, personne ne fait rien sans raison, pis la question que tout le monde se pose: sans supers pouvoirs comment jouer comme des dieux et penser à tant de choses en même tant sans se plier complètement sur sa partition?

  2. Salut, ravie de faire ta connaissance, j’aime aussi la culture japonaise (animes, mais pas que…). Concernant les critiques des animes, doit-on te donner des titres pour que tu publies? Il faut dire que les miennes sont assez basiques 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *